Le Raku ou l'unique céramique du Chanoyu | DemysTEAfication

24 mars 2012

Le Raku ou l'unique céramique du Chanoyu

carte du japon

"Ichi Raku, ni Hagi, san Karatsu" ... cette vieille maxime exprime la "hiérarchie" des styles de céramiques préférés pour le Chanoyu, la cérémonie du thé : en premier le Raku, puis le Hagi et enfin le Karatsu ... elle pourrait aussi signifier autre chose : le seul type de céramique utilisable pour le Chanoyu est le Raku.

Le Raku est un style venant de la ville de Kyoto, dans la préfecture de Kyoto et la région du Kansai sur l'île de Honshu.

Hors de toute considération esthétique, cette place du Raku peut aussi s'expliquer en grande partie pour des raisons historiques. En effet, il est dit que le style Raku Yaki est fondé vers 1580 par le potier Chojiro ( ? - 1590 ) sur la demande de Sen No Rikyu ( 1522 - 1591 ). Ce maître de thé a donc vécu la plus grande partie de sa vie sous les règnes des Shoguns Oda Nobunaga ( 1534 - 1582 ) et Toyotomi Hideyoshi ( 1536 - 1592 ), c'est-à-dire à l'époque Sengoku-Jidai, ce qui signifie "Ère des provinces en guerre". Le pays est alors très morcelé, et en proie à d'incessants combats, qui ne se limitent pas aux guerres entre seigneurs locaux pour la conquête du pouvoir, mais qui voit aussi la formation de "communes paysannes" indépendantes et l'affirmation du pouvoir militaire de différentes factions religieuses, chacune à la tête d'armées de moines-soldats. Bref, c'est une période de guerre intensive, où l'ennemi peut être partout, ce qui ne facilite pas les déplacements de personnes et de marchandises. Quant on sait que le Japon a longtemps été organisé en fiefs sous la domination de Daimyo et que chacun de ces seigneurs règnait en seul maître sur son domaine avec littérallement droit de vie et de mort sur chacun de ses sujet qui devaient obtenir une permission pour commercer et aussi pour voyager vers une autre province, il est aisé de comprendre que la période n'est pas vraiment propice pour le développement du commerce ...

Cette période se traduit enfin par la conquête réalisée par Oda Nobunaga puis par Toyotomi Hideyoshi et par l'affirmation de leur puissance sur une part majeure des îles du Japon, tout cela par le sabre.

période momoyama

Dès lors, alors que le commerce ne peut se faire que très localement, il est certain que ce sont les céramiques produites localement qui se verront plutôt nécessairement préférées. De plus, si le style du Raku-Yaki a effectivement été créé sur la demande de Sen No Rikyu, il est aussi compréhensible que ce dernier, maître de thé de Toyotomi Hideyoshi, ait mis ce style en avant dans le Chanoyu.

Cette introduction dans les sphères proches du pouvoir vaut par ailleurs à Jokei, fils de Chojiro, de recevoir de Toyotomi Hideyoshi son nom : Raku. Il se fonde ainsi une dynastie de potier, qui existe encore de nos jours et un musée leur est d'ailleurs même dédié à Kyoto.

Mais le Raku possède aussi d'autres avantages, notamment du point de vue de la production. Ainsi, la cuisson se fait dans de petits fours, à une température entre 750° Celsius et 1250° Celsius, ce qui signifie que la cuisson est moins onéreuse que pour les grands fours très consommateurs de combustible et que les pertes éventuelles sur une cuisson sont éventuellement plus limitées en cas de défaut de chauffe. La cuisson se fait ainsi dans des fours de petite taille ( Uchigama ) en comparaison des grands fours de flanc de colline, ou "fours grimpants", utilisés auparavant. Il s'en suit aussi une facilité à se rapprocher de la ville en comparaison des grands fours ( Ogama, Anagama, Renboshiki-Gama, Noborigama et Ja-Gama dits "fours dragons" ), consommateurs d'espace, produisant de hautes températures ( 1400° Celsius en moyenne ) et expulsant dans l'air de nombreuses cendres et composés très volatils.

Le montage se fait traditionnellement à la main ( Tebineri ) et sans tour de potier. Il existe aujourd'hui de multiple couleurs dans le style Raku, mais il y en a deux qui prédominent depuis le commencement : le Raku noir ( Kuro-Raku ) et le Raku rouge ( Aka-Raku ). Une autre couleur désormais plus fréquente est le blanc ( Shiro-Raku ) ainsi que diverses autres que l'on retrouve plus marginalement : le vert, le jaune et le brun.

Le Raku noir :

kintsugi

La couleur noire est produite de façon particulière. La glaçure serait historiquement faite à partir de poudre des pierres de la rivière Shimogawa qui coule à Kyoto. Mais c'est le traitement que subi la pièce qui lui donne sa couleur noire : après une cuisson individuelle ou en petites quantités à une température comprise entre 1000° Celsius et 1250° Celsius, le potier sort rapidement la pièce du four à l'aide de pinces pour la plonger dans de l'eau. La pièce subit ainsi un brutal refroidissement du fait de cette immersion qui la fait passer d'environ 1000° Celsius à une température ambiante et qui engendre cette couleur particulière.

Naturellement, le choc brutal de température entraine des pertes, la pièce se fendant en morceaux du fait de ce traitement. Cela explique aussi que les Raku noirs sont les plus chers et les plus prisés par les collectionneurs.

chawan

Le Raku rouge :

chawan

La couleur rouge est plus "simple" à obtenir. Une couche d'engobe est posée sur la pièce, suivie d'une cuisson à 850° Celsius, c'est-à-dire à basse température.

chawan

Certains Raku ne sont pas entièrement couverts de glaçure, comme on peut le voir sur les quatre images ci-dessus, mais on trouve aussi des chawan en Raku entièrement couverts de glaçure dans les fabrications plus anciennes.

raku

raku yaki

Le Raku est enfin apprécié du fait de ses propriétés pour garder la chaleur et les Raku sont en effet assez conducteurs. Cela doit être dû au fait que ce sont des céramiques à pâte tendre. Par contre, ce dernier point est également un point faible de ce type de céramique, car cette pâte tendre et cette cuisson basse fait que la glaçure adhère de façon moindre au corps que ne le fait la glaçure d'un grès. Il arrive ainsi que des parties de glaçure peuvent se détacher, parfois facilement, et que ce problème est courant sur les Chawan en Raku anciens. Ce problème touche cependant plus les Raku rouges que les Raku noirs, et ce phénomène se produit surtout sur les bords supérieurs du Chawan.

14 commentaires:

David a dit…

Bravo. Ce style valait bien un si bel article.

Tsubo a dit…

Merci ! Même si ce n'est pas mon style préféré ( je dirais plutôt "Ichi Hagi, ni Bizen, san Raku" ), cela faisait un moment que cet article était en gestation !

Thécat a dit…

Bonjour,

En effet bel article !
Y a t-il une taille préférentielle pour le Chawan pour préparer le matcha : taille tasse ou taille bol en gros ?
D'avance merci.

Tsubo a dit…

Bonjour,

Des quatres formes habituelles , les formes courantes et les formes hautes sont les plus aisées pour la préparation du Matcha. La "dernière", la forme basse ou Natsu-Chawan requiert un peu plus de doigté, les bords étant moins hauts, il est plus facile de répandre du thé partout en le battant ...

Michel a dit…

J'ai fais un petit post photo sur le Karatzu.

Si tu aime le Raku tu peu acheter français.

Emmanuel Alexia est un 'bolier',qui monte la montagne des Pyrénées avec de la terre et redescends avec un chawan en emportant son four sur le dos!

Tsubo a dit…

Personnellement, je préfère le Hagi, par dessus tout, peut être parce que c'est un type de céramiques toujours en mouvement ...
mais c'est vrai que Emmanuel Alexia et Laetitia Pineda font de jolies choses qui valent le coup d'oeil : www.cheminsdargile.fr

David a dit…

Excellente adresse que je ne connaissais pas. Je vais regarder ça de près. Merci Michel et, au passage, bravo pour tes magnifiques dernières créations !

Michel a dit…

Toute vrai ceramique est en mouvement.

Le hagi est cuit a plus base température entre le raku et le Kartazu donc le hagi est une glazure un peu plus molle comme une faïence et donc assez bien pour le thé vert, niveau patine. Mais tout se patine et transmute avec le temps.

perso j'ai pas de vrai préférence de style entre ces 3 monolithes.

je kiffe juste ce que je fais en ce moment... le mois prochain ça sera peu être du Hagi ou un jour du Raku mais de là à dire qu'un est mieux que l'autre c'est peu être marrant ou officiel mais je trouve ça con, pour moi c'est juste une observation de cha no yu,

C'est le bol qui compte et ce qu'on ressent en le voyant / touchant.

Tsubo a dit…

Je comprends ce que tu veux dire et je suis d'accord. Il semble inutile de vouloir comparer différents style, et cela est aussi un peu artistiquement artificiel ... de la même façon, j'aime tel ou tel bol parce qu'il plaît à mon regard ou parce qu'il possède un toucher particulier ... mais c'est un point de vue artistique ...

... J'essaie aussi de présenter un autre point de vue : le point de vue historique, qui peut expliquer pourquoi tel ou tel style de céramique est préféré par telle ou telle école de Chanoyu ...

... cela donne aussi des clefs de compréhension qui expliquent pourquoi les grands collectionneurs, les grands donateurs aux musées se portent vers un style et pas un autre ... cela est plus important qu'il n'y paraît, car si le Japon est un exemple particulier, il est l'exception qui confirme la règle :
l'art de la céramique y a été sauvé par le mouvement Mingei débuté dans les années 1920 et par les multiples initiatives prises par le gouvernement japonais ...

... il n'en est pas de même en Chine, où seuls le bleu et blanc de Jingdezhen et le "Yixing" tirent leur épingle du jeu car stars des grandes salles de vente et en grande partie tournés vers l'export ... tandis que les autres styles, comme le céladon, disparaissent peu à peu, remplacés dans la vie de tous les jours par les ustensiles en plastique, moins onéreux et vus comme plus "modernes" ou par les porcelaines à bas coût et de grande série fabriquées à la chaîne.

Michel a dit…

Tout a fait d'accords avec tes propos

Cela arrive au Japon aussi.

Pas grand monde connais vraiment le mouvement Mingei? = 'l'art du Peuple'
Et ceux qui connaissent ne le comprenne pas profondément.

D'ayeurs des ceramiques fabriquées à la main pour tous les jours ça n'existe prèsque plus, au japon comme en Europe.

La seul différence c'est que potier en Europe c'était un travail prèsque méprisé socialement mais au japon c'est très honorable et les céramiques se vendent plus comme cadeau.

Combien connais tu de personne qui achetent régulièrement de la poterie pour offrir?

Pour ce qui est du raku tu peus aussi avoir du raku Turquoise, blanc, jaune, vert etc. ...

Tsubo a dit…

Yes, unfortunately, you're right ... like Robert Yellin say, now, even in the japanese ceramics fairs you found, in a large majority of cases, industrials products ...

... and as you said , people don't know what they miss ...

Sébastien a dit…

Merci pour cet article, et merci aux intervenants dans les commentaires qui ont suivi - tout aussi instructifs. Ton bol noir est vraiment superbe !

Tsubo a dit…

Oui, il est pas mal avec ses sur-coulures de glaçure sur la glaçure proprement dite !

Tsubo a dit…

A noter que la trace dorée que l'on semble voir est le résultat des soins de la poste ( ou plutôt du manque de soin ) ... je ferai un billet consacré à cela d'ailleurs : le Kintsugi