Le Furogama électrique ... | DemysTEAfication

4 mars 2015

Le Furogama électrique ...

foyer électrique et bouilloire japonaise en fonte pour la cérémonie du thé
 
Si les furogama anciens ont leur charme indéniable, il faut reconnaitre que la modernité apportée par l'électricité à un net côté pratique, même lorsqu'elle est "appliquée" à un ustensile des plus traditionnel, même s'il n'offre pas les mêmes attraits que l'usage du charbon de bois.

Nuage stylisé japonais

J'ai longtemps hésité avant de faire l'acquisition d'un tel ensemble, d'une part car les informations disponibles sont relativement rares, d'autre part car c'est assez onéreux. Il vaut mieux en effet tout d'abord acquérir une bouilloire ( Kama ) neuve ou peu s'en faut, dédiée à l'engin, ce qui n'est pas forcément la dépense principale.

couvercle de bouilloire japonaise en fonte

La partie la plus onéreuse va en effet être le furo et plus précisément son système de chauffe électrique. Le corps du furo lui-même est fait de tôle peinte à l'imitation du bronze et percé d'un trou assez grand pour faire passer le câblage électrique, protégé par une gaine ignifugée. On peux également faire l'acquisition du système de chauffe à part et l'insérer dans un furo " traditionnel ", rendant ainsi l'ensemble plus polyvalent.

furo electric heater

Le corps de chauffe est constitué d'une résistance maintenue dans un corps de céramique réfractaire. Dans les modèles les plus récents, la résistance est à l'abri sous la céramique, tandis que dans les modèles plus anciens, la résistance est entortillée de la même manière dans la céramique mais est apparente.

foyer électrique pour furo
Photographie © Ymk Co.


Quel que soit le modèle cependant, le chauffage du Kama se fait donc par rayonnement de la chaleur, tout comme le feraient les charbons d'un furogama traditionnel. La puissance est généralement comprise entre 400 et 500 Watts et fonctionne sur du 110 Volts, ce qui implique l'acquisition d'un convertisseur de tension électrique 110 - 220 Volts pour ne pas griller l'appareillage japonais.

thé et céramique

Au passage, le choix du convertisseur est important. En effet, il faut en choisir un qui va couvrir non seulement la puissance nominale du corps de chauffe ( soit 500 Watts ) mais qui va avoir la capacité d'absorber une " crête " de tension. Il n'est pas rare en effet qu'un appareil électrique consomme tout d'un coup au moins un tiers d'énergie de plus que ce qui est indiqué par le fabriquant ... pour se mettre à l'abri de problèmes éventuels,  il vaut donc mieux que le convertisseur puisse au moins absorber 1/3 de plus que la puissance nominale annoncée, soit pour un appareil à 500 Watts, une capacité à " encaisser " 665 watts au moins.

tea addict

Mais le problème du choix n'est pas pour autant solutionné ... comme le temps de chauffe à pleine puissance de l'appareil est, pour un litre d'eau et pour arriver à ébullition, d'une demi heure, le convertisseur de tension va être soumis à un certain effort, les convertisseurs étant plutôt calibrés pour servir quelques minutes seulement. Donc, même s'il est prévu pour une puissance nominale correspondant à celle de l'appareil, il vaut mieux, pour sa durée de vie, acquérir un appareil plus puissant. L'idéal est donc de prendre un convertisseur qui n'utilisera que les deux tiers de sa capacité ... soit un convertisseur de 750 Watts minimum pour un appareil de 500 Watts comme ici.

demysteafication

Un dernier mot enfin sur le sélecteur de puissance. Celle-ci est naturellement susceptible de varier selon l'ancienneté, la complexité modèle et le fabricant, mais aussi selon la puissance que le sélecteur doit gérer :

Ancien sélecteur des années 70 - 80, avec quatre positions et gestion d'un circuit "complexe". De haut en bas et de gauche à droite : éteint, utilisation du premier circuit de chauffe à 200 Watts, utilisation du deuxième circuit de chauffe à 200 Watts, utilisation de l'appareil à pleine puissance de 400 Watts :

electric furogama Furo électrique
chanoyu électrique tea addict

Sélecteur des années 2000 - 2010, avec trois positions mais délivrant une puissance supérieure. De haut en bas et de gauche à droite : éteint, mi-puissance à 250 Watts, pleine puissance à 500 Watts :

electric furo remote chanoyu
chanoyu

4 commentaires:

Louna James a dit…

Bonjour,

Jolie photo, très bien détaillé et expliqué cette article. Pourriez vous me dire où puis je en trouver un , un furo électrique cela fait des années que j'en cherche en vain . Y a t-il un site particulier ou une société qui est spécialisée dans ce genre de matériel électrique .

Merci d'avance.

Tsubo N. a dit…

Bonjour,

On en trouve parfois d'occasion sur les sites d'enchères en ligne comme ebay, en étant patient, à des prix parfois intéressants. Il vaut mieux prendre son temps pour étudier chaque offre d'occasion, d'une part à cause de l'état du matériel qui laisse parfois à désirer, d'autre part parce que le prix de l'occasion est parfois plus cher que le prix du neuf chez certains vendeurs.

Le meilleur moyen (et le plus rapide) de s'en procurer un reste naturellement de l'acheter à l'état neuf au Japon. On peut utiliser pour cela le site "Rakuten global market" (www.global.rakuten.com/en/) qui est un site basé au Japon mais avec un portail en anglais et qui est l'équivalent de "priceminister.com" ... en utilisant des termes anglais comme "electric heater" et en passant en revue la liste de résultats, vous trouverez votre bonheur. Vous pouvez aussi utiliser les kanji appropriés, comme 釜 (furogama) ... là aussi la liste des résultats va être longue, mais avec un peu de patience, on fini par trouver l'objet de ses recherches dans la liste de résultats et on trouvera bon nombrte de vendeurs pour ce type d'objets (exemple : http://item.rakuten.co.jp/t4u/c/0000000588/).

En règle générale, les Furo en céramique sont les moins chers, ceux en métal coûtent plus chers (à noter que les Furogama électriques métalliques ne sont pas tous en bronze, mais sont parfois juste en tôle épaisse emboutie et peinte pour ressembler au bronze).

Il faut cependant faire attention aux frais annexes qui peuvent vite monter, comme les frais de port, mais surtout les droits de douane et TVA, mais aussi les frais du matériel annexe que l'on trouve facilement en France mais qui représente un certain coût (comme le transformateur, qui coûte une centaine d'euros, et qui est absolument nécessaire si le modèle de Furogama acheté fonctionne en 110 volts).

Louna James a dit…

Je vous remercie énormément pour toutes vos explications , et
Vous souhaite une très bonne continuation .

Tsubo N. a dit…

De rien !
Bonnes prospections !