Brique Simao " Shuang Xiong " 2002 | DemysTEAfication

17 août 2012

Brique Simao " Shuang Xiong " 2002

brique de pu erh

Cette petite brique de thé de 100 grammes est vendue au comptoir Thé des Muses à Strasbourg au prix de 22,80 €. Elle est vendue comme étant " millésimée " de 2002, mais le côté de la boite en carton indique plus ou moins clairement 2005 ... donc, s'agit-il d'une erreur, avec un thé datant effectivement de 2005 ou d'un thé récolté en 2002 et compressé plus tard, en 2005, les dates indiquées sur les emballages étant généralement des indications de manufacturation et donc pas forcément une indication sûre de " millésime ".

sinogramme

sinogrammes

La brique de thé est emballée dans du papier craft banal, et recouverte de sinogrammes sur deux de ses faces ( on reconnaitra aisément le caractère "Cha", c'est-à-dire thé ... mais si, cherchez bien ... ). Au déballage, je me suis tout de suite fait la réflexion suivante : c'est un bloc de pierre ... une première impression qui ne fait pas vraiment disparaitre ma grande circonspection face à ce genre de carrés ou de forme de compression ...

pu erh

Pas de doute en effet, c'est une compression mécanique bien forte, car si de prime abord, on se dit que cela devrait aller, il est extrêmement difficile d'insérer le pic à Pu Erh dedans ... et même si des blocs se détachent par plaque, le nombre de résidus de poussière de thé est tout de même beaucoup plus important qu'avec une bonne galette ... voilà donc un thé dur comme de la brique, le nom de sa forme n'étant pas usurpé ...

pu erh

La liqueur est d'un orange assez sombre, relativement trouble qui plus est. Au nez, c'est assez inexpressif, tirant légèrement vers le fruité.

En bouche, c'est un goût de Pu Erh typique, avec une sensation orangée dominante tirant extrêmement légèrement sur le cuir, mais tout semble un peu éteint, comme s'il n'y avait rien de réellement présent, comme si tout était en demi-teinte ... par contre, une chose est bien présente : l'astringence, encore beaucoup trop présente pour un thé qui aurait 10 ans ... ce thé serait il donc finalement bien de 2005 et non de 2002 ?

thé des muses strasbourg

L'examen de l'infusion recèle bien des réponses. L'ensemble est en effet essentiellement composé de morceaux de feuille plus ou moins petits et de brindilles. Ceci explique la forte astringence, la turbidité de la liqueur et son aspect fortement orangé.

thé des muses strabourg

Je pensais tout d'abord que la forte compression et les difficultés pour séparer des plaques de thé de la brique expliquaient cet amoncellement de petits morceaux, mais le fait de retrouver une grande feuille bien intacte me fait plutôt penser que ce thé est bien composée, à l'origine, de morceaux épars.

Je dirais donc que ce thé est assez cher pour la faible qualité proposée, et même s'il n'est pas mauvais, seul un très long vieillissement pourrait peut être faire perdre à ce thé sa forte astringence ... la question étant cela en vaudrait il la peine, car quoi qu'il en soit, on peut dire que ce thé ne casse pas des briques ...

3 commentaires:

Sebastien M a dit…

"ce thé ne casse pas des briques"

ah j'ai jamais osé la faire celle-là, pourtant j'ai eu diverses occasions ;)

sinon, effectivement, il a l'air bien dégueu ton puerh. Allez, mets vite autre chose dans ton beau Yunomi, sinon il va en conserver le goût. ^^

edp a dit…

Laisse le de côté quelques années. Tu auras peut-être une bonne surprise plus tard !

Deux thés que je trouvais encore imbuvables il y a 2 ans (fin de la décennie 90) ont maintenant passé une première phase et sont devenus vraiment sympa.

Par ailleurs, j'ai aussi des minis tuos sheng de 2001 particulièrement vifs, imbuvables en l'état. Des feuilles encore plus dégueux que les tiennes. Mais avec certains ustensiles (typiquement des théières arrondissant ou bien des tasses dans certains matériaux), l'astringence se "transforme" en gras et des notes d'ananas sont apparues !

Tsubo Nicolas a dit…

En fait, après les premières gorgées, je me suis dit " mouais, bof, casse pas des briques " ... puis j'ai ri en y repensant lors de la préparation du papier.

Ce n'est pas qu'il soit vraiment dégueulasse ( il y a toujours un petit quelque chose de bien avec un sheng, contrairement aux shu ), c'est que vraiment, il n'a rien d'exceptionnel, de vraiment marquant.

Maintenant, je vais effectivement le laisser de côté un long moment en espérant une évolution de l'astringence qui semble masquer les quelques saveurs exprimées ! Espérons qu'il y aura une bonne surprise !