Yixing or not Yixing ? | DemysTEAfication

20 juin 2012

Yixing or not Yixing ?

théière en terre

Si " être ou ne pas être " est l'interrogation substantielle de Hamlet, celle de celui qui désire acheter une théière en Yixing et qui n'y connaît pas grand chose en céramique de Yixing ou d'ailleurs est " Est-ce que c'est bien une théière de Yixing ou ce vendeur essaie-t'il de me vendre un accessoire de dinette au cours actuel de l'or ? ".

Interrogation sans fin s'il en est, puisque les cachets remplis de sinogrammes apposés sous l'objet, sous son anse ou sous son couvercle ne signifient nullement qu'ils sont nécessairement fabriqués à Yixing dans la fameuse terre de Yixing ... et quand on connaît le don prononcé des chinois pour copier trait pour trait un Mingqi et réussir à suffisamment le contrefaire pour blouser les tests de thermoluminescence ou à faire de même pour un soi disant vase Ming qui sera revendu pour plusieurs centaines de milliers d'euro, on se doute bien qu'une petite théière en terre brute sera facile à contrefaire ...

Qui plus est, je vois fleurir en ce moment de nombreuses boutiques diverses et variées, et pas seulement sur de sites d'enchères en ligne, qui proposent "d'authentiques" théières "antiques" de Yixing. Rappelons tout d'abord que les chinois et les européens n'ont pas la même notion légale du terme antiquité ... en Europe, une antiquité, c'est un objet de plus de 100 ans d'âge au minimum ... en Chine, il me semble que le terme s’applique légalement pour un objet de plus de 10 ans ... et entre dix ans et un jour, le pas est vite fait ...

N'étant pas expert moi même, je ne soutient pas pouvoir faire la différence entre deux théières et dire avec certitude que celle-ci ou celle-là est dans l'orthodoxie en terme d'antiquité ... et je pense que même un expert peut se faire avoir ... même si certains défauts rédhibitoires sont faciles à percevoir ... par contre, quelques éléments permettent d'éliminer une grande partie des cochonneries vendues comme authentiques, parfois de façon sincère ... car vendre n'est pas forcément synonyme de savoir ...

On se doutera bien, que les "vraies" théières de Yixing, c'est-à-dire fabriquées à Yixing dans la terre de Yixing ne doivent certainement pas être si nombreuses que cela ... où du moins que l'on ne doit pas en trouver dans tous les comptoirs vendant du thé ... Ainsi, d'autres régions en Chine ont une tradition de fabrication de théières sans glaçure ... et Yixing n'est pas le seul endroit en Chine ou l'on produit de la céramique ...

Faire la différence entre une vraie Yixing et une fausse tient plutôt d'un coup d’œil à acquérir, et de nombreuses erreurs que vous allez nécessairement faire avant de vous rapprocher d'une certaine expertise ... on pourrait encore parler de la relation de confiance que l'on peut entretenir avec tel ou tel commerçant, mais ce dernier point est loin d'être une garantie suffisante, là encore ...

Située dans la province du Jiangsu, Yixing est située à 3 heures de route en autobus de Shanghai ... mais à moins de se rendre sur place, dans un atelier-usine de fabrication et d'acheter sur place après avoir comparé, rien ne permet de dire qu'une théière vient bien de Yixing ... sauf à faire confiance au vendeur, là encore ...

Pour construire sa propre expérience, on ne se fiera donc qu'avec circonspection à la personne qui vous vend une chose, quand bien même fût-ce un grand nom ou un grand comptoir ... on pourra prendre les conseils et peut être même l'objet vendu, mais on ne cessera de comparer avec ce que l'on voit ailleurs, surtout si la pièce vendue est bien une théière de Yixing et identifiée comme telle ... Quoi qu'il en soit, il faudra longuement observer et demander conseil à divers endroits avant de se lancer dans son premier achat engageant une somme conséquente ...

Mais on peut tout de même retenir un point de base dans ce qui a été énoncé ci-dessus : les théières de Yixing sont des théières en grès sans glaçure, c'est-à-dire sans couverte ... les théières avec couvertes ne seront donc très majoritairement pas des théières de Yixing, même si certaines théières effectivement produites à Yixing furent, dans un passé très lointain décorées d'une couverte pour répondre au goût de la clientèle.

Mais comment faire la différence entre une théière avec couverte et une théière sans couverte ? La couverte est de couleur différente de la terre qu'elle recouvre, mais à moins de casser la théière, il est parfois difficile de voir la différence, surtout si la couverte recouvre tout le corps de l'objet. On pourra le cas échéant, voir sur une théière neuve si la fine glaçure ne s'est pas enlevée aux points de frottement, en particulier à la jonction entre le couvercle et le corps de la théière, trahissant par là sa présence.

couverte

Sur l'image ci-dessus, on distingue nettement la terre de la couverte / glaçure. La couverte est en général brillante, sauf dans le cas des couvertes par retombées naturelles, comme dans les grès de Bizen.

L'intérieur d'une théière avec couverte sera donc souvent d'une couleur différente de son extérieur, signe qu'une couleur a été appliquée.Toutefois, on notera qu'une couleur peut se faire voir sur certaines théières de Yixing, en jouant avec les diverses couleurs de terre de cette provenance, le vert et le jaune en particulier. Mais une différence dans les tons bruns foncés sera assez significative sur le fait qu'une couverte est présente :

théière chinoise

Il ne faut donc pas de se baser sur la seule différence  de couleur de la terre. Toutefois si la couleur extérieure est différente de la couleur intérieure, c'est qu'il y a une glaçure, comme sur la photographie ci-dessus. Il faut aussi essayer de repérer si l'objet est assez brillant, ce qui trahi la vitrification de la glaçure.

Il ne faut pas perdre de vue que la glaçure n'a pas qu'un rôle décoratif, mais qu'elle sert initialement à imperméabiliser les grès qu'elle recouvre et qui sont poreux ... Ainsi, si la porcelaine est non poreuse, les grès ayant une couverte sans défaut le sont également, ou presque ... et ne sont donc pas de Yixing ...

Pour les grès, il s'en suit un petit phénomène assez intéressant au demeurant : l’absorption de l'eau. En effet, en posant une goutte d'eau sur un grès, cette goutte finira par disparaître assez rapidement, entre 10 à 15 minutes en moyenne, parfois un peu plus ...

terre de yixing

Par contre, sur une couverte, cela risque de prendre beaucoup plus de temps, voire une nuit entière ... la glaçure jouant son rôle d’imperméabilisant.

Difficile de remplir les théières d'un magasin ou de le faire pour les achats sur le net, mais c'est un test infaillible : si c'est aussi imperméable que la porcelaine ou le verre, ce n'est pas du Yixing ... en effet, si on qualifie les théières de Yixing de théières à "mémoire" c'est parce qu'elles absorbent une partie du thé que l'on y infuse ... et donc de l'eau ...

Maintenant, cela peut aussi se voir au toucher : la glaçure donne un toucher lisse, assez soyeux, voire complètement plat, glissant comme pour le verre ... la terre brute accroche un peu, au sens ou, même sur le plus lisses des théières sans couverte, on sent sous la peau un gain très fin, de fines aspérités qu'une glaçure comblerait ... mais encore faut-il pouvoir se former au toucher, ce qui est le plus difficile, j'en convient. Malgré tout, il y a une constante : une bonne théière de Yixing aura un grain très fin au toucher, et une théière bas de gamme vous laissera l'impression d'avoir caressé un pot de fleur ...

Une astuce permettra pourtant de saisir si une glaçure est présente : la différence au toucher entre un intérieur rugueux et un extérieur lisse ... si cette différence est présente, c'est qu'il y a une glaçure.

Pour ce qui est des décors, les théières de Yixing n'en possèdent pas, sauf ceux issus de la gravure et du modelage ... et à part certains rehauts de terre de couleur différente du corps, facilement visibles, il n'y a pas de jeu de coloration. Pourtant on peut voir, de façon épisodique, des théières de Yixing affichant des décors en émail ( donc en glaçure ), reprenant des fleurs et des feuilles ou des symboles divers. Il s'agit là d'une caractéristique de certaines pièces impériales du 18ème siècle, extrêmement rares ... ce qui signifie que si l'on cherche à vous en vendre une, c'est qu'elle est de création récente.

Pour finir, d'une façon générale, il est préférable de commencer par acheter une ou deux théières de moins d'une vingtaine d'euros pour se former le toucher et l’œil, puis de passer dans divers comptoirs connus, comme la Maison des Trois Thés ou Terre de Chine et de cibler une ou deux théières de gamme moyenne, entre 50 et 70 euros pièce ou "un peu" plus, pour pouvoir apprécier la différence avant de se lancer dans l'achat de théières plus onéreuses, là sans limites de prix ...

... Maintenant, un petit Gaiwan ou un grand Zhong rendront d'infimes services pour une somme dérisoire, mais chacun ses goûts, comme toujours ... car l'influence de la terre ou de la porcelaine sur le thé, question souvent centrale pour le buveur, relève d'une autre problématique ...

14 commentaires:

Nicolas a dit…

Ouuuuf là c'est un sujet délicat. Très très délicat. En premier lieu, la terre de Yixing est épuisée. Et "yixing" est devenu une dénomination au sens large. Il y avait un époque où la maison des trois thé vendait des "théières en terre épuisée". Voir le blog de la Galette de Thé de Philippe.

Mais dans tous les cas la confiance face au vendeur joue un grand rôle, je suis d'accord avec toi.

Il existe des experts en théière en Chine. Ceux là on peut leur faire confiance. C'est leur travail quotidien. Mais bon c'est en Chine :(

Acquérir une expérience en matière de théière et d'argile est un long long chemin. Il faut avouer que cela n'a pas été ma priorité. Comme tu le souligne, un zhong de porcelaine est bien efficace et peu onéreux.

J'ajouterais que devenir propriétaire de théière d'argile c'est un peu comme acheter un Jeans. Quoique l'exemple soit un peu vulgarisé.

S'agit-il d'une marque connue de pantalon, d'une marque connue de vêtement. C'est déjà différent... On y verra des qualités différentes. Et puis il y a la coupe, celle qui vous va bien ou pas. Mais tous ces paramètres ne jouent pas dans l'état de se sentir bien dans vôtre pantalon.

Là c'est encore autre chose...

En ce qui me concerne, c'est l'expérience qui va jouer un rôle important. Je n'hésiterais à revendre mes théières qui ne seront plus d'actualité, comme l'a fait edp du blog clarthé.

Tout simplement pour avoir des théières qui me correspondent.

Nicolas

Henry Nicolas a dit…

Pour ma part, je ne trouve pas le sujet si délicat que cela ... peut être un côté iconoclaste ? Ou alors une déformation "professionnelle" ...

Non, LE gros problème avec ce sujet, c'est que depuis des années, les connaissances "généralement admises" étaient issues des experts-vendeurs qui justement étaient vendeurs ... par manque de chance, toute la littérature sur le sujet était en chinois ... je ne parlerai même pas des experts de ce sujet d'étude, qui n'en était pas un de 1937 jusqu'en 1970 à minima, jusqu'en 1980 à maxima ...

... l'étude du sujet et la diffusion des connaissances qui accompagne en général un travail universitaire sérieux était donc comme en sommeil ... jusqu'au début des années 2000, où les recherches ont véritablement commencé à s’exhumer d'elles-mêmes ... notamment par la multiplication d'expositions de collections d'art asiatique, mais surtout par la publication d'auteurs chinois en anglais ... et je dois avouer que la fréquentation de ces écrits "émergents" est relativement édifiante ...

... Un nouveau monde s'ouvre alors, et bizarrement apporte des éléments de réflexion souvent en contradiction avec ce que les vendeurs-experts ont bien pu colporter ... ou colportent encore ...

exemple : la production de céramique à Yixing débute avec les Han, vers 200 avant J.C. et n'a de cesse de produire sans discontinuer de cette époque à 1937, qui marque un grand coup d'arrêt de la production qui sommeille plus ou moins jusqu'à une reprise dans les années 50. De plus, la période de la dynastie Ming ( 3 siècles tout de même ) représente une des période la plus prospère de l'industrie céramique de Yixing et partie de la production s'écoule désormais vers l'étranger ...

... Donc, après un rapide calcul, nous avons jusqu'à la fin des Ming, au moins 18 siècles d'exploitation continue de l'argile à Yixing ... et même 21 siècles d'exploitation continue jusqu'à la fin de la dynastie Qing en 1912 ... quid dès lors de la notion de "terre épuisée" quand on sait que de grandes pièces ont été majoritairement produites pendant très longtemps ( plats de grande taille en particulier, puis, plus proche de nous, théières de contenance d'un litre à plus ) ? Selon ce qui est encore admis, nous arriverions à un épuisement de la terre entre 1911 et 1937, pourtant période la plus faste pour Yixing avec 600 potiers installés ?

De façon plus intrigante, les études semblent plus se focaliser sur la qualité des terres que sur leur disparition : il y aurait ainsi trois sortes de terre :
- terre rouge : la plus courante : plus de 85 % de la production.
- terre pourpre : LA terre de Yixing : moins de 15 % de la production.
- terre verte : encore plus rare que la terre pourpre, sert uniquement pour la décoration.

Nicolas a dit…

Iconoclaste ? Peut-être, je ne sais pas. En tout cas il est possible que bon nombres d'argiles soient maintenant épuisées. Certaines mines sont d'ailleurs fermées.

Il existe bien des quantités stockées qui sont vendues sous l'appellation/le nom d'origine.

Mon hypothèse (par manque d'information) est la suivante : Il existe des types d'argile dont la composition chimique est proche des argiles d'"appellation". Ainsi on trouvera le type Zisha, le type Zhuni, etc... Le type (la composition chimique) est pour moi plus parlant que le nom lui-même.

Je te rejoins sur le fait que nous ne sommes pas assez informés. Si tu as des références, n'hésite pas à me les envoyer par mail.

Maintenant il serait intéressant de voir une mine en vue de coupe, comme si on avait donné un gigantesque coup de pelle sur des centaines de mètres, ceci afin de mieux voir les différentes states DES argiles, leurs couleurs. De cette manière on pourrait mieux comprendre les différentes qualités d'une même mine.

Pour finir ce commentaire, les argiles japonaises sont aussi de belles qualités. Cela fera peut-être un autre article sur ton blog ?

Bien à toi
Nicolas

Henry Nicolas a dit…

Je ne sais pas, je ne pense pas qu'une composition chimique soit la réponse, sinon il serait trop simple d'en recréer une sorte, la meilleure bien entendu, et de ne produire que des pots d'exception ...

Je crois plutôt que le mythe de la "terre épuisée" vient de la période entre 1911 et 1937 : 600 potiers sont au travail : moins de 15 % de la production est en "argile pourpre" ... donc peu de production, en comparaison d'une argile "normale" qui doit par contre inonder le marché ... d'où une "raréfaction" de la plus haute qualité, en proportion globale ...

Maintenant, Philippe ( merci à lui parce que c'est très intéressant et qu'il a fallu être très attentif pour trouver cette perle : http://addicttea.blogspot.fr/2012/01/how-to-choose-chinese-yixing-teapot-for.html ), a exhumé un intéressant article de www.thechineseteashop.com initialement publié en 2009 ...

C'est un vendeur chinois anglophone et établi au Canada qui est à l'origine de cet article ... et il donne la "description" des "trois terres" indiquées dans mon commentaire ci-dessus tout en donnant pas mal de détails, notamment photographiques ... je n'y avais pas prêté attention plus que çà, jusqu'à ce que je fasse le rapprochement avec un ouvrage de Chunfang Pan écrit en 2004 " Yixing Pottery. The world of chinese tea culture " dont la lecture est en grande partie rébarbative mais qui donne également des informations semblables ... ces informations soulevant des questions diverses et remettant clairement en cause ce que l'on "savait", on recoupe ensuite avec les pièces présentées lors de diverses expositions ( comme le thé, histoire d'un art de vivre ) et les diverses bribes d'informations publiées à droite et à gauche dans ces mêmes catalogues ( comme ceux de la collection Baur, ceux du Grand Palais, et des divers musées occidentaux, qui connaissent un pic de publication depuis quelques années ) et qui, au lieu d'infirmer ces "nouvelles positions" vont plutôt dans leur sens ... notamment en ce qui concerne l'étendue de la production à Yixing ...

Nicolas a dit…

Merci pour les liens.

Amitiés
Nicolas

Henry Nicolas a dit…

De rien !

Lu Yu a dit…

Pour vos achats de théière yixing pensé au site gongfucha.fr, très bon rapport qualité prix.

Tsubo Nicolas a dit…

Sans vouloir être méchant, c'est justement le type de théière "de Yixing" dont l'acquisition est à éviter absolument voire à bannir : bas de gamme, réalisée à la chaine et souvent dans une terre de qualité extrêmement médiocre colorée artificiellement ... avec donc tout ce que cela comporte comme défauts de réalisation, d'imperfections et de rendu final ... quant au prix, on peut acquérir sans difficulté via le net ces théières chez n'importe quel vendeur chinois pour une somme de 10 à 30 dollars US suivant le modèle ... comme chez http://www.jiangtea.com/ par exemple ... en passant par des grossistes ce prix baissera encore et c'est ainsi que l'on trouvera même ce type de théières pour 1 $ + 15 $ de frais de port sur ebay.com ...

Lu Yu a dit…

Et bien nos theieres sont de bonne manufacture, avec un test d'étanchéité parfait, aucune peinture puisque la terre et brut et les calligraphies incrustés. Pour ce qui est des achats sur le net, nous-mêmes avant d'ouvrir ce site avons tester ce genre d'achat personnellement et effectivement la qualité n'étais pas au rendez vous. C'est pourquoi nous avons décidé d'ouvrir notre site en sélectionnant des produits trier sur le volet. Nous ne nous ventons pas de vendre LA theiere de yixing mais des theieres irréprochable quand au rapport qualité prix. L'attaque et facile et inutile avant d'avoir eu le produits en main ( expérience vécu ). C'est dans le but de faire découvrir le gongfucha aux plus grand nombre que nous avons entamé cette démarche, car nous estimons que cet art et si agréable et si apaisant qu'il devrait être connu de tous les buveurs de thé. Donc et pour finir, je trouve regrettable d'être agressé par quelqu'un appartenant au monde du thé puisqu'il est censé etre zen et relaxant. J'invite donc tous les gens interressé a venir découvrir nos produits, notre philosophie et notre amour pour le gongfucha !

Tsubo Nicolas a dit…

Chère Madame, cher Monsieur, vous êtes venu ici faire de la publicité gratuite pour votre site de vente car cette page est relativement bien référencée et fait l'objet de divers liens externes y menant ... le tout sans rien demander, c'est assez irrespectueux, non ? ... mais je peux comprendre l'intérêt de se faire un peu de publicité gratuite en postant un url à un endroit un peu plus visible que le sien, surtout quand on a peu de moyens et que l'on démarre ...

... MAIS lorsque l'on recourt à ce genre de pratique, il faut être sûr de la qualité de ce que l'on vend ... ou éviter de poster à des endroits où l'on s'y connait visiblement assez et qui essaient avant tout d'éclairer le consommateur ...

Pour ce qui est de la qualité, j'ai suffisamment d'expérience dans le domaine, j'ai manipulé suffisamment de théières et j'en possède suffisamment pour repérer les théières bas de gamme assez facilement ... la céramique est une passion et vous n'êtes pas ici chez un néophyte facile à berner : rien qu'à regarder vos photographies je vois, entre autres, les lignes de moulage et les filtres "balles de golf" réalisé à la va-vite ... Quant au "test d'étanchéité", il ne prouve rien, à part l'utilisation quasi certaine d'un moule et donc d'une fabrication en série ...

Ce que je dis vous déplait ? Malheureusement pour vous, je ne suis pas ici pour parler avec complaisance de tel ou tel revendeur parce que cela heurterait son business plan ou pour lui servir d'espace de publicité sans contre-partie ... venir faire de la publicité ici, c'est s'exposer à une réponse qui peut déplaire quand les affirmations sont un peu grosses ...

Donc, je le répète, on trouvera sans aucune difficulté la même gamme de produits ailleurs et le tout moins cher ... et même ceux sans expérience aucune pourront facilement s'en rendre compte en allant faire un petit tour aux endroits indiqués ...

Donc, et pour finir, je trouve regrettable que des vendeurs se lancent dans le monde du thé simplement parce que c'est à la mode et qu'ils espèrent que ce sera lucratif ... il faut cesser de se cacher derrière des mots galvaudés et vides de sens tels "zen" ou "relaxation" pour essayer de faire prendre des vessies pour des lanternes ou cacher un manque de connaissances ...

Enfin, pour votre propre édification, sachez que les consommateurs avertis ne se laissent plus berner par les discours des simples revendeurs, ils en savent bien souvent plus qu'eux et cherchent une plus-value réelle sur le plan des connaissances ... pour ceux-là, vendre les ustensiles de grossistes chinois et les thés de grands importateurs français en ne faisant rien d'autre qu'appliquer une marge supplémentaire ne suffit plus ...

Louna James a dit…

Bonjour,


Très bien détaillé votre article.
Pourriez vous me dire en quel matériaux et fait ce kyusu s'il vous plaît :
http://www.tokoname.or.jp/teapot/maker_profile/jinshu/jinshu0061.htm

Pensez vous que la liqueur ressortie ne sera pas affecté par une certaine porositée ?

Cordialement.

Tsubo N. a dit…

Bonsoir,

seul le potier qui l'a réalisé pourrait vous dire de quelle terre est faite ce Kyusu car les potiers de Tokoname, et la plupart des potiers japonais en général, utilisent des mélanges d'argiles de diverses provenances (par exemple, les potiers de Hagi utilisent depuis fort longtemps les argiles provenant de Mitake, d'Obata, de Daido et de l'île de Mishima, chaque provenance entrant dans la composition pour tout ou partie et dans des proportions variant selon chaque potier). Vous pouvez d'ailleurs vous en rendre compte en regardant les photographies illustrant la page insérée dans votre message : une terre "grise" mouchetée, plus bas une terre brune et plus bas encore une terre rouge style Shudei ... donc trois types de terres différentes.

Concernant la porosité :
Pour la référence #jinshu0061, ce type de Kyusu (et le brun un peu plus bas aussi d'ailleurs) sont cuit à haute température ce qui donne un grès plutôt dur, donc la liqueur ne sera pas nécessairement très marquée car le kyusu sera peu poreux.
Ce sera différent avec les Kyusu en terre rouge par contre, qui sont cuit à moindre température en général et sont nettement plus poreux.

Pour une liqueur non affectée, pas de secret, verre ou porcelaine !

Louna James a dit…

Ben écouter merci pour toute votre explication , concernant ce kyusu qu'en pensez vous pour infuser du sencha ?

Passer un très bon week-end.

Tsubo N. a dit…

De rien !

Ce sera parfait. Le filtre est assez fin ce qui en fait un Kyusu relativement polyvalent qui vous permettra d'infuser tous types de Sencha, dont les Fukamushi Sencha dont les feuilles sont plus brisées.

Bon achat, bonnes dégustations et bon week-end !