Quelques oeuvres de Yamane Seigan | DemysTEAfication

11 avril 2012

Quelques oeuvres de Yamane Seigan

S'il est un personnage atypique à Hagi, c'est bien Yamane Seigan : d'abord karatéka, il monte son Dojo où il continue toujours à enseigner, puis se lance un jour dans la céramique et monte son propre four - atelier en un an ! Il tient dès lors l'atelier Kousaian, tout en continuant le karaté et la calligraphie.

Ao Hagi

Si les pièces bleues sont caractéristiques de ses productions, celles-ci ne se limitent cependant pas à ce seul aspect. Yamane Seigan explore en effet toutes les facettes du Hagi "traditionnel", s'appropriant les formes et les glaçures "historiques", tout en inventant de nouvelles formes, de nouvelles glaçures et d'autres moyens de les appliquer, semblant d'abord peindre un "motif" pour le laisser finalement dégouliner en surimpression d'un autre ou "essuyant" une partie de la couverte appliquée pour provoquer un retrait partiel de cette dernière, laissant apparaître l'argile cuite tout en la recouvrant quelque peu, presque imperceptiblement.

Yamane Seigan est par ailleurs extrêmement productif, et l'on trouve facilement ses oeuvres qui ne coûtent pas une fortune, du moins pour les pièces courantes. Il a aussi une petite production de luxe, moins courante et plus difficile d'accès.

Hagi bleu

Ensuite, comme toujours, le génie artistique interprète à l'infini les mêmes formes sans pour autant que celles-ci soient identiques ... c'est là aussi la caractéristique de l'oeuvre manuelle et du travail du vrai potier, comme le dit Michel : How can people understand what they are missing if in their lives they don't use handmade pottery ? Pour ma part, je pense qu'il ne comprendront jamais ...

... Alors plutôt qu'un Mug Starbucks en porcelaine ou plus vraisemblablement en faïence de fabrication totalement automatisée, adoptez en un réalisé par Yamane Seigan !

10 commentaires:

David a dit…

le génie artistique interprète à l'infini les mêmes formes sans pour autant que celles-ci soient identiques...

Je vois tout à fait ce que tu veux dire... J'ai 3 yunomi bleus de Seigan, même taille, à peu près la même forme et pourtant si différents... Et je me retiens d'en acheter d'autres.

Des fois je me dis que je devrais me débarrasser de toute ma vaisselle ordinaire et ne prendre que des poteries comme celles-ci. Me faire faire des assiettes de taille européenne, utiliser certains de mes bols pour la cuisine de tous les jours, etc. Honnêtement, l'un des seuls trucs qui m'en empêche est l'utilisation du micro-ondes et du lave-vaisselle... ;-)

lionel a dit…

Ne serait-ce pas "banaliser" ces très jolies pièces que de les utiliser pour tout tout le temps...? Je ne me vois pas utiliser un bol de Yamane Seigan pour battre des oeufs et faire une omelette...

J'aime beaucoup ton Yunomi blanc gris...

Sébastien a dit…

"Ne serait-ce pas "banaliser" ces très jolies pièces que de les utiliser pour tout tout le temps...? Je ne me vois pas utiliser un bol de Yamane Seigan pour battre des oeufs et faire une omelette..."

et après, y'a plus de limite !
David va bientôt utiliser des céramiques de maître dans son garage pour ranger les clous, les vieux pinceaux et conserver des restes de white spirit.
Tiens d'ailleurs tu nous diras comment ça réagit au white spirit, le hagi ?

Décidément Tsubo, tu as une belle collection. Ces 4 pièces sont très différentes, complémentaires et bien assorties, bravo !

Tsubo Tsubo a dit…

En fait, cet article me fait réaliser que je n'ai que sept pièces de Seigan ( huit si je compte celle en réparation ) ... et que c'est finalement peu ... je comprends tout à fait David, je me retiens tout autant ...

Sans pour autant partir dans la céramique de haut vol, il est possible d'avoir de la vraie céramique artisanale, qu’elle soit chinoise ou européenne, pas beaucoup plus onéreuse que la porcelaine industrielle en rapport qualité/prix … même s’il est vrai que les cuissons à basses températures supportent mal lave-vaisselle et micro-ondes !

Ensuite, je ne pense pas qu'il y aurait une banalisation. C'est une vision très occidentale car des pièces de ce type sont sorties de nos habitudes de consommation à partir de la révolution industrielle au XIXème siècle avec une accélération de ce phénomène après la seconde guerre mondiale. Il n’est est pas de même au Japon ( même si cela à tendance à se perdre de plus en plus actuellement ), où il était de coutume d’avoir une vaisselle variée, en accord avec chaque type de plat ( cela est encore le cas dans divers établissements traditionnels tels que les Ryokan ) proposé.

Pour le yunomi gris, il s’agit d’un type traditionnel de Hagi, que vous pouvez voir plus en détail au bas de cet article , avec ses traditionnels point rosés, mais là encore réinterprété quasi imperceptiblement par rapport au type traditionnel strict.

David a dit…

Tiens d'ailleurs tu nous diras comment ça réagit au white spirit, le hagi ?

mal... ;-)

J'ai déjà quelques éléments de vaisselle dont je me sers de plus en plus (bols, saladiers). Mais il me faudrait surtout des assiettes, car les plats japonais sont petits, plus adaptés au kaiseki ou à un wagashi qu'à un steak frites...

Mais oui, je remplacerais volontiers mon service en fausse porcelaine et mes verres Amora par des trucs plus classe...

Je pense que je vais essayer le lave vaisselle avec un guinomi dont je ne me sers pas pour voir... Faut pas mourir idiot ! ;-)

Sébastien a dit…

Je dis pas ça parce que je n'ai pas de lave-vaisselle, mais tu sais, on peut AUSSI laver la vaisselle à la main :)

Le jour où tu fais un steack frites ou un cassoulet dans une superbe assiette en céramique japonaise, fais des photos !
Cela dit, ces objets sont faits pour être utilisés. Les laisser dans une vitrine, c'est dommage, il faut qu'ils servent.

David a dit…

QUOI ??? Faire la vaisselle à la main !?! Tu sais qu'un lave-vaiselle consomme 3 fois moins d'eau que la vaisselle à la main ? ;-)

Promis pour la photo du cassoulet !

Sinon, j'ai déjà choisi le guinomi volontaire pour se faire maltraiter à coup de micro ondes et lave vaisselle... On verra bien.

Bon weekend !

Tsubo Tsubo a dit…

Alors, même si je n'ai jamais tenté la chose et ne le ferais certainement pas, le résultat est prévisible :

micro-onde : l'eau qui s'infiltre sous la couverte et entre dans les "pores" de l'argile se met à bouillir et le tout explose dans ton micro-ondes ... s'il n'explose pas, il est bouillant à la sortie de l'engin, donc fait très attention, prends un gant pour éviter la brûlure instantanée au second degré ...

lave-vaisselle ( s'il a survécu au micro-ondes ): le sel ruine la couverte petit à petit, l'eau salée s'infiltre dans le yunomi ainsi que le chlore ... bonjour le goût de ce que tu y consomme après ... si j'ai des doutes sur la réelle perception de différences suivant les qualtés de terre, là, en revanche, aucun doute sur le côté chimique que tout va acquérir ... au final, après plusieurs lavages, en toute logique, la couverte devrais se détacher du corps lui-même et tomber en petits morceaux ...

j'espère donc que ta future victime ne t'as pas coûté cher !

David a dit…

Présenté comme ça, c'est sûr que je vais peut-être m'économiser un guinomi, même si j'ai ramené lors de ma première visite chez Hide de la vaisselle "de base" de Seigan, le genre de trucs à pas cher qui est vendu à des restaurants soucieux de ce genre de détails... et ça fait d'ailleurs bien plaisir de se faire servir un nihonshu (voire tout un repas) dans ce genre de vaisselle...

Ce qui me fait penser que j'ai quelques photos de repas qui vaudraient le coup d'être montrées...

Sébastien a dit…

"Ce qui me fait penser que j'ai quelques photos de repas qui vaudraient le coup d'être montrées"

oui, entre autres :)