Sachets : ce que nous buvions ... | DemysTEAfication

11 janvier 2012

Sachets : ce que nous buvions ...

... ou " pourquoi les amateurs de thé ne considèrent pas les sachets comme du thé " ?

Une des raisons qui m'ont donné envie de faire ce blog est une petite phrase entendue par hasard et qui ne m'était pas destinée : " Moi, le thé j'essaie, mais je n'arrive pas à aimer çà, c'est dommage hein ? ". Cette phrase était prononcée par une jeune fille à l'attention d'une de ses amies près du stand tenu par "Les jardins de Gaia"  - http://www.jardinsdegaia.com/  - spécialisés en thé bio et en commerce équitable - sur le salon Japan Expo 2011. Je me suis alors souvenu qu'au même âge je m'étais dit également que " le thé, on en fait une montagne et pourtant cela n'a rien de vraiment formidable ", avant de mettre les pieds, presque par hasard, dans un petit salon de thé où j'ai découvert le thé en vrac et l'art de l'infusion, alors qu'auparavant je ne connaissais que les thés en sachet de supermarché.

Eh oui, inutile de se mentir, nous avons tous bu, au début, du thé en sachet. C'est par là que nous avons certainement tous commencé, ainsi que par des thés plus ou moins abondamment aromatisés ( et comme tous les thés natures, de qualité variables - et là encore, tout le monde en a bu à un moment ou à un autre, inutile de se mentir ). Mais une fois goûté le plus basique des thés natures en vrac ( ceux achetés en comptoir, pas ceux de supermarché, là encore ), impossible de revenir en arrière ( du moins pour moi, et cela même si j'ai bu beaucoup de thé en sachet par le passé ).

Pour voir d'un peu plus près ce que nous buvions ( et que d'autres boivent encore, après tout, selon ma propre philosophie, chacun est libre de faire ce qui lui plaît et, pour paraphraser John Stuart Mill : "La liberté des uns s'arrête là où commence celle des autres" ) , j'ai fait infuser divers sachets "supermarchés" récupérés à droite et à gauche, du premier prix aux "grandes marques" en passant par les marques distributeurs ... Le résultat est encore plus édifiant que ce que je pensais :

Pour la qualité, cela ne dépasse pas le garde de la poussière ( Dust ou grade D, grade le plus bas ) et n'atteint même pas le grade de Fanning ( grade F, un peu au-dessus du grade précédent, mais à peine ) à mon grand étonnement.

Mais comme une bonne illustration vaut plus qu'un long discours :

Les deux premières infusions : premier prix et marque distributeur ( la marque du supermarché ) :

thé en sachet
Premier prix ( à gauche ) et marque distributeur ( à droite )
thé en sachet
Gros plan sur le premier prix !

thé à jetter
La marque distributeur, ce n'est pas mieux ...
Les deux types sont extrêmement proche et tous deux forment une bouillie compacte, un agglomérat de petites poussières et de quelques morceaux à peine plus gros.

Les deux infusions suivantes, deux "grandes marques" :

cochonneries dans le thé en sachet
Les deux se valent, voir ci-dessous pour des plans plus rapprochés. La qualité de la poussière est déjà meilleure ... même si le tout forme encore une bouillie relativement compacte ...

the crado aromatisé

produits chimiques dans le thé en sachet

Conclusion, nous n'avons bien ici que du grade D ( Dust ) et nous n'atteignons même pas le grade F ( Fanning ). Pour mémoire, il s'agit là des deux grades les plus bas que l'on puisse trouver, c'est-à-dire presque du déchet en fait. Tout cela pour un prix moyen allant de 4,50 euros / 100 grammes à 5,70 euros / 100 grammes, soit le prix d'un bon thé aromatisé dans un comptoir. Je dis un bon thé aromatisé, car là est bien le problème : pourquoi s'entêter à boire un thé de qualité plus que médiocre, certes forcément plus facile à se procurer ( il suffit de tendre le bras en grande surface ), mais nécessairement rectifié chimiquement ?

Je m'explique : à moins d'être bio, on trouve des traces de pesticides et de produits chimiques dans tout ce qui est cultivé de nos jours, même le thé, combien même la situation actuelle ne serait plus la même qu'il y a quelques années ( L'UFC Que Choisir avait fait une étude à ce sujet il y a maintenant 10 ans ). Dès lors, pourquoi rajouter encore à cela des agents de saveur en grand nombre, comme cela est d'ailleurs stipulé sur les emballages :

Exemple : thé orange - cannelle de grande marque :

Composition ( je n'invente rien, je reprends juste les mentions au dos de la boite de sachets ):
  • thé ( encore heureux ! 73 % )
  • cannelle ( 20 % )
  • arôme orange ( 6 % )
  • écorces d'orange ( 1 % )
Voilà ... qui n'a jamais oublié oublié un sachet de thé lors de son infusion sans que cela porte pour autant à conséquence sur son goût ? Le rôle des agents de saveur doivent certainement jouer un rôle stabilisateur. Le plus étonnant, c'est qu'on essaie de les cacher aux yeux des consommateurs pour faire un " beau " produit, car dans notre exemple ci-dessus, à quoi sert la faible proportion d'écorces d'orange sinon à faire croire à l'inconscient du consommateur que les 6% d'arômes sont naturels ?

Pour finir, et pour bien comprendre, là encore, la différence entre un thé sachet et un thé en vrac, voici deux dernières illustrations de thé vert, un sachet de grande marque et un vrac d'entrée de gamme de grand comptoir :

the de qualite
Qui est qui ? La réponse ci-dessous !


thé de basse qualité
Sachet à gauche et vrac à droite bien sûr !

Quand l'on sait que plus les brisures sont petites et plus l'infusion est colorée, corsée, astringente voir acide, cela se passe de commentaire ... pour ma part, je n'en buvais plus et n'en boirai plus ... même si sur le plan pratique, on ne fait pas mieux qu'un sachet ( une tasse, une bouilloire qui bout à gros bouillons et hop ! ).Maintenant, peut être devrais-je essayer les sachets de comptoirs, qui semblent de meilleure qualité, mais au vu de leur prix, le vrac est moins cher et ses possibilités illimitées ou presque, contrairement aux sachets de comptoir qui ne reprennent qu'une petite partie de la gamme proposée et qui, contrairement aux sachets de supermarché, requièrent les mêmes degrés d'infusion que leurs frères jumeux restés en pots.

Voilà, je n'ai pas fait ce post pour tirer sur des ambulances ou pour enfoncer des portes ouvertes, mais dans l'esprit de ce blog, très " le Thé pour les Nuls " en souvenir du néophyte dans ce domaine que nous étions tous et que, forcément, j'étais ( et le suis encore ). Je n'ai pour objet que l'exposition de simples faits, vérifiables par tous, sans juger ceux qui continuent à aimer les thés en sachets, mais éventuellement pour pousser ceux qui sont déçus par ces derniers d'essayer d'aller un peu plus loin et d'élargir leur champ de vision ... après tout, peut être y trouveront ils leur bonheur, nature ou aromatisé ?

2 commentaires:

Tiquette a dit…

Bonjour,
juste pour rebondir sur la fin de l'article qui parle de avantages pratiques des sachets, il existe des sachet à remplir. C'est ce que j'utilise quand je ne suis pas chez moi. Dans mon sac, j'ai une boite à tabac (fait pour ne pas laisser passer des brins de tabac dans les sacs ;) ) avec du thé en vrac (pas du grand cru non plus hein...) et ces sachets à remplir. Du coup, quand je suis à un café qui ne sert que des sachets, je demande juste une eau chaude et je me fais mon sachet. Je garde donc tous les avantages du sachet, mais la qualité en plus.;D

Henry Nicolas a dit…

Bonjour,
c'est en effet un accessoire pratique que les "filtres à infuser" jetables ou les chaussettes à infuser en tissu lavable ... ainsi que les divers infuseurs de tous matériaux qui existent ... mais ils compriment tout de même les feuilles et sont donc à éviter au mieux ... maintenant, c'est toujours préférable aux thés que l'on vend en sachets dans le commerce de grande surface !